Des Réponses aux questions fréquentes sur le phénoxyéthanol

Au vu des dernières questions récemment soulevées dans la presse et pour répondre aux inquiétudes des jeunes mamans pour leurs bébés j’ai décidé de faire un article sous forme de question/réponse concernant le phénoxyéthanol.

Le phénoxyéthanol c’est quoi ? C’est un éther de glycol aromatique également appelé ether monophylique de l’ethylene glycol ; qui est un agent que l’on dit conservateur, c’est-à-dire anti-microbien utilisé fréquemment dans les cosmétiques permettant la conservation des crèmes et autres produits (sans conservateur une crème est valable d’une semaine à maximum 2 mois en fonction de sa composition)

Quel est le problème ? Le phénoxyéthanol est incriminé d’être à l’origine de phénomènes allergiques et cytotoxiques (c’est-à-dire une destruction des cellules de notre corps) au même titre que les parabens (Méthylparaben et Propylparaben) et l’alcool benzylique.

Et pour les bébés ou nourrissons ? En plus du phénomène allergique que l’on retrouve également chez les adultes les tout petits présentent une particularité que nous autres n’avons plus : ils sont en pleine croissance et ont donc un renouvellement cellulaire beaucoup plus important que le notre c’est pour cette raison qu’ils sont beaucoup plus touchés par la cytotoxicité. De plus par rapport aux adultes les enfants ont proportionnellement beaucoup plus de peau par rapport à leur surface corporelle et absorbe par cette voie beaucoup plus de composés que les adultes, dont le phénoxyéthanol (de 40 à 80% passe la barrière de la peau)

Que provoque-t-il ? Différentes études menées chez les animaux montrent une réduction du poids de l’animal (celui-ci est plus petit que ses congénères non exposés) et une anémie typiquement imputable au phénoxyéthanol. En ce qui concerne un éventuel effet mutagène celui-ci n’est pas concluant et donc ne semble pas augmenter le risque de cancer.

Pour ce qui est de la toxicité sur la reproduction : celle-ci n’est pas clairement établie, les études menées étant contradictoires, chez le rat mâle certaines études constatent une diminution du volume testiculaire et de la fertilité.

Actuellement la norme acceptée pour les adultes est de 1%, ce qui est beaucoup trop pour des enfants de moins de moins de 3 ans. Pour cette raison il est fortement déconseiller d’utiliser pour les enfants inférieurs à cet âge des produits cosmétiques contenant du phénoxyéthanol. Pour tous les autres produits (autres que cosmétiques) pour les bébés, l’ANSM (agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé) préconise une concentration maximale de 0.4%

Et concrètement ? Le mieux est donc d’éviter d’exposer les petits de moins de 3 ans au phénoxyéthanol, pour cela, la marque Mustela est un des précurseurs du marché à avoir précocement fait des produits sans paraben et sans phénoxyéthanol. Il est important de savoir qu’il est préférable de ne pas utiliser de produits en contenant principalement pour la toillette du siège (lingettes, lotion…) et que pour les produits qui en contiennent le mieux est de les rincer (shampoing, bain mousse…) et donc préférer une lotion ( ou tout autre produit non rincé) sans phénoxyéthanol (car celle-ci reste en contact de la peau).

Pour quelle raison ? Car même si le risque sur l’appareil génital n’est pas clairement établi (les résultats ont été obtenus en donnant des doses avalées par les rats et à forte concentration) on applique le principe de précaution surtout quand il s’agit d’un bout de chou, on évite donc d’exposer cette zone de peau au phénoxyéthanol : il pourrait agir sur les organes sexuels plus localement et en forte concentration car il est au site même sans avoir à passer par la circulation générale (via les vaisseaux sanguins).

Et à l’avenir ? Certaines marques comme Mustela sont donc des précurseurs pour ne plus utiliser de conservateur. La tendance est donc vers une diminution d’emploi de conservateur grâce à des contenants conçus pour éviter une contamination atmosphérique. Ainsi L’Oréal (La Roche Posay, Vichy…) à déjà mis au point un flacon pompe permettant de se passer de conservateur et d’utiliser des conservateurs-like car une petite partie de la crème se trouve en contact de l’air. Les laboratoires Pierre Fabre (A-derma, Avène, Furterer, Ducray, Klorane…) eux commercialisent ce type de flacon (la gamme EXOMEGA) en prenant à leur frais le prix de cette technologie de façon à ne pas que le prix se ressente pour le consommateur